Handiréseau aux côtés des femmes d’entreprises adaptées

Handiréseau aux côtés des femmes d’entreprises adaptées

Depuis 2015, Handiréseau et ses partenaires s’engagent aux côtés des femmes des Entreprises Adaptées. Les Trophées Femmes en EA célèbrent les initiatives en faveur de l’égalité professionnelle et des systèmes de management différenciant et créateurs de valeur.

Dominique du Paty, fondatrice et dirigeante d’ Handiréseau nous livre dans cet entretien son point de vue sur la valorisation des femmes en Entreprises Adaptées.

Lorsque vous avez lancé les trophées Handiréseau, j’ai l’impression que ça n’a pas été sans mal ?
Rires … C’est le moins que l’on puisse dire ! Lorsque Pascale Lecoq, dirigeante d’ACVO en Picardie et moi-même avons eu l’idée de mettre en avant les femmes, plutôt minoritaires en Entreprises Adaptées, je me suis tout de suite heurtée au scepticisme de certains interlocuteurs. Des acteurs du secteur ne croyaient pas qu’une discrimination particulière pouvait toucher les femmes en situation de handicap et pensaient que l’entreprise adaptée avait d’autres préoccupations. C’est grâce à ma rencontre avec Dominique Bellion, Responsable de la Mission handicap de BNP Paribas SA que j’ai trouvé le courage de persévérer. Nos partenaires UNEA, ADP, AG2R La Mondiale, Assystem, BNP Paribas Securities Services, ENEDIS, la RATP, SIEMENS ainsi que les partenaires presse dont Handirect, Décision achats et Vivre FM sont arrivés très vite après. Ils ont tout de suite compris l’intérêt que représentait cette initiative, différente des autres rencontres autour des EA. Le fait d’encourager les femmes, sous-représentées en EA, mais dont les parcours sont si étonnants et souvent exemplaires, était un véritable sujet transverse. C’était quand même un vrai pari que les Entreprises Adaptées ont relevé spontanément puisque nous avons chaque année de plus en plus de candidatures qui nous sont soumises par les Directeurs d’EA et les équipes. Celles-ci présentent parfois sans qu’elles le sachent une ou plusieurs candidates, ce qui fait aussi l’originalité de nos trophées ».

 Dominique du Paty, fondatrice et dirigeante d’Handiréseau

Dominique du Paty, fondatrice et dirigeante d’Handiréseau

Votre propre parcours a-t-il eu une influence sur la création des Trophées Handiréseau Femmes en EA ?
C’est certain ! J’ai déjà été sensibilisée au handicap en primaire, quand mes parents ont choisi pour moi une école Montessori. Cette école accueillait – c’était plus rare à l’époque – des enfants en situation de handicap. Cette expérience a changé radicalement ma perception du handicap. Chez les enfants, c’est raide et très cruel ! Avec mes yeux d’enfant, je trouvais terriblement injuste ces différences et de les sentir fragilisés. Moi non plus, je ne me sentais pas correspondre à la norme et cela m’a beaucoup aidée à comprendre cette « vulnérabilité miroir » pour chacun d’entre nous. Mais c’est surtout au cours d’un accident de parachutisme, sport que j’ai pratiqué longtemps à haut niveau, que l’on s’est rendu compte que j’étais atteinte d’une malformation osseuse. Ça a été un choc très dur pour moi et j’ai eu beaucoup de mal à assumer mon handicap en particulier dans l’entreprise. Pour cela, la loi du 11 février 2005 a été salutaire en redéfinissant le statut de personne en situation de handicap.

 Retour sur les Trophées Handiréseau Femmes en EA 2016

Retour sur les Trophées Handiréseau Femmes en EA 2016

 Remise du Certificat d’agrément d’Handiréseau au COPIL

Remise du Certificat d’agrément d’Handiréseau au COPIL

En novembre 2016, le Défenseur des Droits a publié une « Analyse exploratoire sur les discriminations multiples » de l’emploi des femmes en situation de handicap. Selon vous, que nous apporte cette analyse ?
Il souligne l’effet multiplicateur des critères discriminants sur certaines populations dont les femmes handicapées. Il établit les différences de traitement homme / femme dans la scolarisation, l’accès à l’emploi et les niveaux d’emploi. L’analyse « genrée » en matière d’inactivité montre que, si les personnes en inactivité et en situation de handicap sont le plus souvent des femmes (55%), à l’instar de la population inactive considérée dans son ensemble, en revanche, les personnes inactives dont le handicap est reconnu administrativement sont majoritairement des hommes (52%) »[1]. On s’en doutait. Ce qui m’a semblé vraiment passionnant dans ce rapport est l’approche de Kimberlé Crenshaw, enseignante chercheuse à l’Université de l’UCLA et de Columbia aux Etats-Unis. Cette dernière a élaboré le concept de discrimination « intersectionnelle » à la fin des années 80. Son objectif était de dénoncer l’absence de prise en compte de la singularité des discriminations que subissent les femmes noires. Pour Crenshaw, les discriminations dont sont victimes ces femmes ne naissent pas d’un simple cumul de discriminations mais sont également le résultat d’une situation discriminatoire particulière[2].

Avec trois années de recul, pensez-vous que les trophées Femmes en EA aient pu faire évoluer le regard vis-à-vis des compétences des femmes en Entreprises Adaptées et plus généralement des femmes en situation de handicap dans l’emploi ?
L’objectif de la journée est de mettre en lumière les parcours exceptionnels méconnus des nominées et lauréates que nous accueillons chaque année sur scène.  Par notre intermédiaire, les directeurs/trices d’EA sur toute la France peuvent remercier et fêter leurs collaboratrices en leur offrant cette reconnaissance que l’on ne trouve nulle part ailleurs ! C’est une magnifique valorisation pour elles et ces montées sur scène, qui pourraient n’être qu’un simple concours, donnent lieu à des larmes, des rires, des témoignages incroyables et des remerciements de la part de celles qui ont été félicitées. Comment mieux illustrer la différenciation managériale des Entreprises Adaptées que par les Trophées Handiréseau Femmes en EA ! Les candidatures qui nous sont présentées sont appuyées par un comité de soutien (parfois nous avons plusieurs dizaines de signatures pour une seule candidate) et créent une véritable émulation au sein des équipes.  Notre événement se veut optimiste et résolument tourné vers un avenir porteur de valeurs professionnelles et humaines. Handiréseau devient disruptif en proposant également aux EA de s’ouvrir à de nouvelles perspectives grâce à nos intervenants-experts et de rencontrer acheteurs et missions handicap, qui viennent de plus en plus nombreux assister à cette journée.  Alors oui, je peux dire que le regard vis-à-vis de ces femmes a changé ; mises sur le devant de la scène, les préjugés tombent et l’on se rend compte du potentiel des femmes et de leur détermination. Les Trophées Femmes en EA, c’est la reconnaissance que la résilience est porteuse d’innovations ! »

Témoignages de candidates et d’Entreprises Adaptées ayant participé à la promotion des Trophées Handiréseau Femmes en EA

Wenceslas Baudrillart – Président – Asnières Industries Adaptées

 Wenceslas Baudrillart, président d’Asnières Industries Adaptées

Wenceslas Baudrillart, président d’Asnières Industries Adaptées

« Les travaux du Défenseur des Droits ont donné de la visibilité et des réponses à la multiplicité de plaintes reçues sur des discriminations à l’égard des femmes sur le plan personnel mais également touchant à leur carrière ainsi qu’à leurs salaires. Les femmes sont plus diplômées que les hommes ; la proportion de femmes dans les catégories cadres est cependant bien moindre. A l’intérieur d’une même classification, les hommes sont mieux payés que les femmes. A égalité de classification, inégalité de salaires ; à égalité d’évolution, inégalité de promotion. D’autre part, les femmes en situation de handicap sont souvent cantonnées à une série de métiers peu qualifiés. Quand j’étais au Ministère du Travail au début des années 80, nous avions monté une formation de pompiers pour jeunes chômeurs. Sur les 15 en formation, il y avait 3 filles : 2 d’entre elles n’ont jamais eu la possibilité d’intégrer une caserne. On s’interroge.  Les activités de service sont plus ouvertes aux femmes, les stéréotypes étant moins forts dans ce secteur que dans d’autres qui font appel à la force physique. La situation des femmes semblerait plus facilement évolutive dans le secteur des services. L’intersectionnalité soulignée dans le rapport étudie les formes de domination et de discrimination non pas séparément, mais dans les liens qui se nouent entre elles, en partant du principe qu’on ne peut entièrement expliquer chacune de ces discriminations séparément.  Le rapport ne fait pas la démonstration que les difficultés que rencontrent les femmes handicapées sont de nature différente des femmes valides ; cependant les femmes handicapées au chômage sont relativement âgées et avec un faible niveau de qualification ; les portes de l’entreprise leur sont donc souvent fermées. Concernant les entreprises adaptées en elles-mêmes, le personnel d’encadrement n’est généralement pas en situation de handicap ; les encadrants sont des hommes dans la plupart des cas. Il faut bien comprendre aussi que les femmes peuvent aussi, s’interdire de répondre spontanément à une promotion interne et s’autodiscriminer, ce qui est bien le comble ! »

Christine Auclair, Directrice des Opérations – Directrice d’Etablissement – ANRH Paris : « Il est peu courant pour moi de catégoriser les individus en fonction de leur sexe ou autre. L’exercice est périlleux mais pertinent, y-a-t-il des caractéristiques spécifiques communes aux femmes en Entreprise Adaptée ? Il s’agira là de l’expression d’un ressenti du travail au quotidien avec des femmes et des hommes… Les femmes représentent à l’ANRH de Paris une petite majorité des opérateurs et une forte majorité de l’encadrement. Est-ce à dire que les femmes sont surreprésentées de manière générale dans l’encadrement ? Je ne le pense pas, il s’agit plutôt de la situation spécifique d’une EA spécialisée en travaux de support administratif. La caractéristique essentielle est, sans nul doute, la volonté de progresser et d’acquérir de nouvelles compétences. Cette aspiration se traduit par une forte mobilisation pour les nouvelles activités et une grande polyvalence sous-tendue par des formations adaptées. Les femmes sont des actrices de leur vie professionnelle comme de leur vie au sens large. Elles prennent des initiatives en cohérence avec les possibilités qui leur sont offertes. Elles sont ouvertes au monde qui les entoure et prêtes aux changements ».

 Les membres de l’équipe de DSI

Les membres de l’équipe de DSI

 

Jean-Louis Ribes, Directeur Général de DSI : « L’évolution des femmes dans l’Entreprise Adaptée est au rythme de l’entreprise. Les Entreprises Adaptées grandissent en partie grâce aux femmes qui y exercent leurs talents avec beaucoup d’engagement et de professionnalisme. Dans les métiers de production, nous essayons d’intégrer une majorité de femmes dans nos recrutements pour atteindre pratiquement l’équilibre Hommes/Femmes dans l’entreprise. Nous constatons là aussi qu’avec une réelle volonté, bien des métiers techniques qui généralement étaient plutôt masculins se féminisent.

Cette féminisation amène dans l’équipe de production, y compris industrielle, un équilibre et une réflexion globale sur l’organisation. DSI s’appuie beaucoup sur le talent de ses collaboratrices. D’une part, le premier salarié de DSI est une femme, elle m’a rejoint au démarrage de l’entreprise, il y a 21 ans comme Responsable de Production. Elle est aujourd’hui Secrétaire Générale de DSI. Elle a su accompagner les évolutions de l’entreprise, aborder ses différentes missions avec pragmatisme et rigueur : Production, Services Administratifs, Comptabilité, Paye, Secrétariat de Direction tout en gardant le lien avec l’ensemble des salariés. D’autre part, je pourrais aussi m’appuyer sur le parcours aussi remarquable de notre Directrice Financière qui a la responsabilité avec son équipe, en majorité féminine d’ailleurs, du Pôle Gestion avec la Finance, le Contrôle de Gestion, le Service Comptabilité Clients et Fournisseurs ainsi que le Pôle Facturation et Recouvrements. Dans notre Comité Stratégique, gouvernance de DSI, la parité est parfaite, puisqu’il est composé de 6 personnes, dont 3 femmes et nous avons dans l’entreprise une égalité totale dans les responsabilités et les salaires. Pour preuve, le premier salaire de DSI est celui d’une femme. »

Hélène Vaillant – Aktisea – Lauréate tutrice d’exception 2016 : « Heureusement de nombreuses entreprises adaptées très mobilisées sur le sujet de l’égalité professionnelle, nous montrent à quel point les stéréotypes sur les femmes sont faux ».

Thomas Brunet – Entreprises Adaptées Handea/Althéa : « Chez Althéa et Handea, notre devise est de dépasser les apparences et les femmes de nos structures le démontrent chaque jour, malgré des parcours professionnels et personnels plus ou moins faciles. Au quotidien auprès de nos clients, elles confirment une envie et une volonté de progresser, d’autant plus marquée lorsqu’elles ont eu des difficultés à retrouver un emploi. On constate d’ailleurs un taux du présence et une reconnaissance vis à vis de l’employeur plus élevés»

Dominique Bellion – Responsable de Mission Handicap BNP Paribas SA : « BNP Paribas SA est partenaire de l’événement Trophées Handiréseau Femmes en EA depuis sa création car nous voulons contribuer activement  à la fois au développement des Entreprises Adaptées et à la valorisation de talents au féminin.
Mettre en lumière des tutrices, des entrepreneuses qui concourent à la professionnalisation du STPA[3] et s’interroger sur un thème différent chaque année est une belle initiative. Les Trophées Handiréseau Femmes en EA sont pour nous un engagement complémentaire à celui du business métiers. Le secteur des EA est porteur d’innovation, la parité doit y progresser comme au sein de nos grandes entreprises et nous partageons les mêmes valeurs sociales et solidaires. »

[1] Rapport Défenseur des droits L’emploi des femmes en situation de handicap, Novembre 2016 p 24

[2] Ibid. p 8

[3] STPA : Secteur du Travail Protégé et Adapté

Article original à retrouver ici

 Dominique Bellion, responsable de Mission Handicap BNP Paribas

Dominique Bellion, responsable de Mission Handicap BNP Paribas